Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Dossiers Inexpliqués de Joslan F. Keller - Page 6

  • Au Chapiteau du Livre de Saint-Cyr-sur-Loire...

    Imprimer Pin it!

    Pour toutes celles et ceux qui habitent dans la région de Tours, je serai en dédicace pour les "Dossiers Inexpliqués" le dimanche 15 juin 2014 de 11h à 18h au Chapiteau du Livre de Saint-Cyr-sur-Loire.

    350-affiche-chapiteau-livre-2014.jpg

    La manifestation se déroule dans le parc de la Perraudière (parking à proximité), entrée libre. Venez nombreux pour bavarder autour de l'étrange et de l'inexpliqué :-)

  • Rencontre-dédicace à la librairie L'Antre-Monde

    Imprimer Pin it!

    Joslan signature.jpg

    Le samedi 7 juin j'étais en dédicace à la librairie L'Antre-Monde, 142, rue du Chemin Vert à Paris (75011). 
    Si vous ne connaissez pas cette librairie, c'est le moment de lui accorder une petite visite !

  • MAJ 1/05 - La mort de Peaches Geldof : encore des questions

    Imprimer Pin it!

    peaches-geldof-destin_leader.jpgPeaches Geldof, la fille de Sir Bob Geldof, est décédée le lundi 7 avril 2014, à l'âge de 25 ans. Mannequin, journaliste et présentatrice, elle laisse derrière elle un mari, Thomas Cohen, et deux filles, Astala et Phaedra, nées en 2012 et 2013.

    Dans un premier temps, les autorités sont incapables de donner la cause de cette mort surprenante. L'examen post-mortem pratiqué le 9 avril ne révèle rien de concluant. La mort est qualifiée par la police de... "non suspecte, inexpliquée et soudaine". En outre, les enquêteurs, qui continuent leurs investigations sur les circonstances entourant le décès, précisent qu'ils n'ont trouvé "aucune drogue dure" ni "note de suicide" au domicile de Peaches.

    La jeune fashionista, habituée des tabloids anglais, traversait-elle une phase de déprime ? Etait-elle avec quelqu'un à son domicile lorsque le drame est survenu ? A-t-elle été victime d'une tierce personne ? Jusqu'ici, rien ne prouve que Peaches était seule... ou ne l'était pas.

    Aleister_Crowley_1310.jpgL''une des hypothèses soulevés juste après le drame voudrait que la jeune femme soit morte d'une crise cardiaque provoquée par le suivi d'un régime alimentaire trop draconien. Qui lui aurait inspiré cette pratique ? Il a été rappelé son attirance déclarée pour la scientologie, mais on sait moins sa fascination pour les idées ésotériques d'Aleister Crowley (1875-1947), un occultiste britannique dont les théories libertines ont séduit, entre autres, nombre de rock stars...

    Le 1er mai 2014, le quotidien britannique Le Times annonce, suite aux analyses toxicologiques, que Peaches est morte d'une overdose d'héroïne. Pourtant, la police n'avait absolument trouvé aucune trace de matériel ayant servi pour consommer de la drogue... Qui s'est chargé de "nettoyer" la maison de Peaches après son décès et avant l'arrivée de la police ?

    Difficile aussi de pas songer au parallèle tragique avec sa mère, Paula Yates, qui a elle aussi succombé à une overdose en 2000... En 1986, Paula épouse Bob Geldof et a trois filles avec lui, dont la cadette Peaches. En 1995, elle le quitte pour Michael Hutchence, le leader du groupe australien INXS avec qui elle a une autre fille, Heavenly Hiraani Tiger Lily Hutchence, née en 1996. Mais l'année suivante, Hutchence est retrouvé mort pendu dans sa chambre d'hôtel à Sydney. Dès lors, Paula Yates sombre dans la folie et passe de longs mois en hôpital psychiatrique avant de mourir à son tour en 2000. Une disparition que Peaches a longtemps occultée...  Doit-on désormais parler de malédiction familiale ?

    Dans sa dernière rubrique pour le magazine "Maman et Bébé", Peaches Geldof évoquait la joie que lui procuraient ses deux enfants, affirmant qu'elle était plus heureuse que jamais. Et son dernier message posté sur les réseaux sociaux, la veille de son décès, était une photo d'elle, enfant, dans les bras de sa mère...

    Statut : dossier expliqué avec des zones d'ombre

  • Les disparus du lac Angikuni : juste une affabulation

    Imprimer Pin it!

    get_map.php.html.jpegParmi les histoires répétées en boucle sur le web, figure celle des disparus du lac Angikuni. On peut résumer celle-ci ainsi : la population d'un petit village du nord du Canada, soit environ 2000 personnes, aurait disparu du jour au lendemain en novembre 1930, probablement enlevée par un OVNI.

    Comme le démontre très clairement un article de Nicolas Vivant en 2003 sur le site de l'Observatoire Zététique, il s'agit simplement d'une affabulation.

    Pourtant, plus de dix ans après, cette légende sans fondement continue hélas de nourrir le contenu de sites et de blogs dont les auteurs ne prennent pas la peine de vérifier quoi que ce soit.

    Lire l'article complet de Nicolas Vivant

    Lire également le paragraphe consacré à cette histoire sur Wikipedia

    Statut : légende

  • Les fausses vidéos d'OVNIS : un vrai business

    Imprimer Pin it!

    2012-04-16_a_07.40.06.pngElles pullulent sur le Web, et principalement sur Youtube. Elles, ce sont les fausses vidéos de soucoupes volantes que de petits malins tentent de faire passer pour authentiques, comptant sur la crédulité d'une vaste majorité d'internautes qui croient dur comme fer à tout ce que montre le site de partage de vidéos.

    Ce qu'ignorent ces naïfs, c'est que nombre de ces vidéos, volontairement floues ou tremblantes, sont en fait fabriquées à la chaîne pour être diffusées en ligne, capter un maximum d'audience et donc générer des gains publicitaires...
    Il arrive aussi, et le motif est plus louable, que des spécialistes des effets spéciaux explorent les capacités de leurs logiciels d'animation.

    Si le sujet vous intéresse, lisez l'article passionnant de Loïc H Rechi sur le site de la Gaité Lyrique.

  • Des photos de fées, vraiment ?

    Imprimer Pin it!

    Le Daily Mail, dans son édition du 3 avril 2014, rapporte qu’un universitaire britannique, John Hyatt, qui prétend avoir photographié de petites fées volant dans l’air de la campagne anglaise, est convaincu que ces petites créatures sont bien réelles. L’homme, âgé de 53 ans, directeur de l’Institut de Manchester pour la Recherche et l’Innovation en Art et Design (MIRIAD) raconte les avoir vues entre 2012 et 2014, dans la vallée de Rossendale, dans le Lancashire.  

    article-2596119-1CCC53AD00000578-872_634x580.jpgDepuis, il a organisé une exposition, Rossendale Fairies, au Whitaker Museum de Rossendale, pour dévoiler ses clichés et proposer aux visiteurs de les aborder avec l’esprit ouvert : « c’est à chacun de décider par lui-même ce qu’elles sont (….) Les gens qui les ont vues ont dit qu’elles avaient apporté un peu de magie dans leur vie, et ça manque dans le coin ».

    Déjà, en 2009, Phyllis Bacon, 55 ans, pensait qu’elle avait pris une photo de fée au fond de son jardin, à New Addington, près de Croydon dans le sud de Londres.  Surtout, cette histoire rappelle la fameuse affaire des fées de Cottingley qui agita l’Angleterre en 1917.
    Dans ce petit village du Yorkshire, une jeune fille de 16 ans, Elsie Wright, prit une photo de sa cousine de dix ans, Frances Griffiths, jouant avec des « fées » sur le bord d’un ruisseau longeant le jardin de la maison d’Elsie. Quelques jours plus tôt, la jeune Frances était tombée dans le cours d’eau alors qu’elle s’amusait avec des fées, selon ses dires. La photo devait être une preuve qu’elle n’avait pas raconté n’importe quoi à sa mère.

    cottingley-fairies.jpgPolly Wright, la mère d’Elsie et sa sœur, Annie Griffiths (la mère de Frances), intriguées, montrèrent le cliché à des « spécialistes » de la Société Théosophique de Harrogate qui, peu au fait des techniques de la photographie, conclurent que la photo était authentique, ce qui lui conféra une notoriété mondiale.

    Ce n’est qu’en 1983, alors qu’elle était âgée de 76 ans, que Frances avoua la supercherie, expliquant que les deux jeunes filles avaient fabriqué une sorte de photo montage avec des illustrations découpées dans des magazines et des dessins qu’elles avaient fait tenir avec des épingles...

    Dans le cas de M. John Hyatt, on ne peut que l’inviter à s’informer sur les effets des flashes lumineux sur les insectes en vol, qui peuvent créer une telle illusion. Simple auto-persuasion ou intention délibérée de faire parler de lui ? Qu’importe, le dossier demeure très peu crédible.

    Statut : canular

  • Nouvelle écriture ou oeuvre de faussaire ?

    Imprimer Pin it!

    tablette.jpgDepuis la découverte, en 2006, dans une région désertique d'Iran, de tablettes en argile portant une écriture ancienne inconnue, les spécialistes s'interrogent : témoigne-t-elle de l'existence d'une civilisation disparue ou s'agit-il d'une vulgaire tromperie ? Si certains spécialistes sont portés à valider l'authenticité de l'écriture, d'autres sont plus prudents. Il est vrai qu'en matière d'archéologie, les supercheries ne sont pas rares...

    Lire l'article très complet du journaliste Nicolas Constans qui rappelle tous les détails de l'affaire.

    Statut : dossier inexpliqué

  • Le mystère du kilomètre 239

    Imprimer Pin it!

    En général, les lieux étranges sont des édifices (maisons, manoirs, châteaux, ponts...) ou bien des espaces naturels (montagnes, forêts, lacs). Plus rarement des routes ou des autoroutes.

    Ce dont il s'agit

    L'histoire telle qu'on la raconte sur le Net, autour d'un segment d'une autoroute allemande en l'occurrence, est celle du 
    "fameux" kilomètre 239 de l'autoroute qui relie la ville de Brême à son avant-port Bremerhaven. Ce tronçon a été inauguré, semble-t-il, à la fin de l'été 1929 et dans l'intervalle d'une année, une centaine d'automobilistes auraient eu un
    accident inexpliqué à la hauteur d'une borne, celle qui marque le kilomètre 239.

    Tous les conducteurs affirmèrent avoir ressenti des sensations étranges et perdre le contrôle de leur véhicule qui fut comme expulsé hors de la chaussée, pourtant parfaitement droite. Certains évoquèrent même une force démoniaque. Ainsi, le 7 décembre 1930, pas moins de neuf véhicules furent accidentés au même endroit.

    Les autorités furent impuissantes à expliquer le phénomène mais un sourcier de la région, un dénommé Carl Wehrs, prétendit que régnait à cet endroit un puissant champ magnétique créé par un courant d'eau souterrain. D'ailleurs, pour valider son hypothèse, il prit sa baguette entre ses mains et s'approcha du kilomètre 239. Lorsqu'il fut à quelques mètres de la borne, la baguette sauta de ses mains, comme si une force invisible lui avait arraché et le sourcier fut secoué, tournant sur lui-même d'un demi-tour.

    L'homme décida alors d'enfouir, juste au pied de la borne, un coffre de cuivre empli de petits morceaux de cuivre en forme d’étoiles. Le coffre resta sous terre durant une semaine et on ne déplora aucun accident. En revanche, lorsqu'on le déterra, les trois premières voitures qui passèrent eurent un accident.
    On décida donc de maintenir le coffre enterré et depuis lors, plus aucun accident n'a été signalé au niveau du kilomètre 239. Personne ne sait si le coffre est toujours en place.

    L'autoroute Brême-Bremerhaven aujourd'hui : bien tranquille...

    Ce qu'il faut en penser

    Ce récit est l'archétype de ces histoires sorties de nulle part et qui n'ont
    pas la moindre crédibilité. Cherchez sur Internet : vous trouverez presque toujours le même texte que les bloggeurs se sont contentés de copier-coller sans même prendre la peine de le réécrire. Comme souvent, aucun document, aucune preuve ni écrite, ni photographiée ne vient appuyer les détails de l'histoire.

    Il y a environ 60 kilomètres entre Brême et Bremerhaven : il y a donc de fortes chances que le kilomètre 239 n'existe même pas. Nulle part, je n'en ai trouvé la photo ou une indication quelconque sur une carte d'Allemagne. Aucun article de presse non plus, pas plus que la photo du seul personnage mentionné dans le récit, l'étrange sourcier Carl Wehrs, dont le rituel avec le coffre enterré laisse perplexe...
    En parlant d'Allemagne, justement, il est également étrange que sur le web en langue allemande, cette histoire ne soit évoquée nulle part...

    En fait, cette histoire fictive proviendrait, plus ou moins déformée, d'un recueil d'histoires en photos, "The Breathless Moment", publié par Philip Van Doren Stern vers 1935, dont vous pouvez lire une critique d'époque ici

    Le texte tel qu'il est véhiculé de blog en blog n'est qu'une traduction de ce récit inventé de toutes pièces. Pourtant, certains continuent de le publier et d'affirmer qu'il s'agit d'une affaire authentique...

    Statut : légende urbaine